LES PRECIS RIDICULES – I (1) –

 

Créées par Elisabeth Meichelbeck, les éditions Cohérence ont publié, dans les années 80, d’importantes oeuvres de Jean-Charles Pichon. C’est avec l’aimable autorisation de Jean-Charles Brickmann que j’entreprends de mettre en ligne certaines d’entre elles.

1982

Préface

 

1

 

Le but de toutes les quêtes humaines : mystiques ou mythologiques, philosophiques ou scientifiques, est la connaissance ou la reconnaissance ou la naissance (création) de ce qui est.

Or, selon les époques, ne sont glorifiées que celles-ci ou celles-là : tantôt les quêtes irrationnelles, totémiques, religieuses, théologiques, théosophiques, tantôt les quêtes rationnelles des philosophes ou des savants, technites macédoniens, urbanistes, médecins, techniciens, technocrates.

Pour n’étudier que l’histoire des quatre derniers millénaires, nous voyons que la quête irrationnelle a dominé l’humanité de – 2 000 à – 500 plus ou moins et, de nouveau, depuis l’an 0 jusque vers 1650. La quête rationnelle a dominé dans les cinq derniers siècles avant J.-C. et, de nouveau, depuis 1650.

Mais que s’est-il passé à la jointure de ces périodes, vers – 600/ — 550 ou vers 1560/1610, puis vers – 250/200 ou depuis 1900? C’est-à-dire : comment l’humanité passe-t-elle de l’irrationnel au rationnel et à l’inverse? Cela n’est jamais éclairci.

En effet, le rationalisme se présente toujours comme un progrès définitif sur l’obscurantisme médiéval : il n’est donc pas question qu’il s’étudie lui-même, dans ses prolégomènes ou dans ses origines.

A l’inverse, l’irrationnelle croyance au dieu nouveau : IHV, l’IHS ou l’Esprit (pour ne parler que des dieux occidentaux) se présente comme un salut définitif : il rejette dans le paganisme ou la mythologie les ésotérismes antérieurs.

Pour le double motif, les œuvres de transition ne sont pas étudiées ou ne le sont pas sérieusement. Les vocables qui les caractérisent : visions, fantasmes, délires, ne tendent qu’à en affirmer le caractère ridicule, d’autant plus ridicule que les ouvrages transitoires se prétendent plus précis.

En notre époque, tout particulièrement, on dira que ce dédain ne se conçoit que trop bien. Comment prendre au sérieux un système du monde fondé sur les visions d’Ezéchiel ou celles d’un libertin, les 12 de Platon ou les 12 de Kant, les simplifications d’un Lie Tseu ou d’un Jung, les hallucinations de la Kosmopoiia ou de Marcel Duchamp?

Autant vaudrait croire à l’ésotérisme des tribus ou à l’alchimie médiévale, à l’idéalisme, au catégorisme, au taoïsme, aux archétypes, aux structures de l’hermétisme ou à celles du Grand Jeu!

Dieu merci, nous n’en sommes plus à croire en Dieu!

Mais est-ce bien sûr?

Que se passerait-il s’il se révélait, au contraire, que des œuvres si diverses mais également folles, ne cessent, au cours des siècles ambigus, de formuler une seule et même réalité, le Réel même, sauf du fanatisme religieux et de l’illusion rationaliste?

Aussi bien les religions successives que les périodes sans dieu n’auraient-elles pas pour principal souci de rejeter ou d’abolir de tels appareils systématiques, moins ridicules que maudits?

Cette malédiction se présente comme permanente, bien qu’elle s’applique de manière toute différente selon l’époque et selon l’appareil.

1) Tantôt, comme dans le cas d’Ezéchiel ou de Nuysement, l’œuvre n’est pas entièrement ignorée, mais réduite au niveau de l’élucubration, ce qui interdit qu’elle soit sérieusement étudiée. Vision de poète ou d’occultiste, voilà tout!

2) Tantôt, la gloire du philosophe, Platon ou Kant, interdit le mépris. C’est alors sous le poids des commentaires et des études qu’on tente d’étouffer le précis, les nombres de Platon, les catégories de Kant, présenté comme un jeu ou comme la faiblesse d’un esprit génial par ailleurs. Des dizaines d’ouvrages ne citent même pas, consacrés à Platon, les Cercles du Timée, ou, consacrés à Kant, les tableaux de celui-ci.

3) Mais la méthode la plus courante est l’exclusion.

a) Lie Tseu n’est pas reçu dans les Annales de Se-ma-t’seu; à de certains moments son existence est niée. L’ouvrage de Jung et de Pauli n’est pas encore traduit de l’allemand en français trente ans après sa parution, etc.

b) Le plus surprenant des textes hermétiques, la Kosmopoiia, est demeuré inconnu ou noyé dans les lourds recensements d’érudits, qui le sacrifient volontiers à un quelconque « traité de teinture ». L’admirable étude de Carrouges sur Les machines célibataires de Jarry, de Roussel, de Kafka, etc., est encore inconnu, vingt-six ans après sa publication.

Jarry, Roussel, Kafka eux-mêmes, ridiculisés de leur vivant, ne sont étudiés que littérairement et non comme les prophètes qu’ils furent. S’ils ne sont pas morts jeunes et misérables, ils ont achevé leur vie par un suicide (Roussel, Kammerer).

Une si permanente malédiction infirme l’hypothèse que les huit précis puissent être seulement ridicules : on ne maudit pas l’imbécile et moins encore huit imbéciles qui, par des cheminements différents, en sont venus à dire la même chose.

La peur et non le mépris explique que les hermétistes ignorent la Kosmopoiia, les officiels chinois Lie tseu, l’ésotérisme kabbalistique Ezéchiel, les alchimistes Nuysement, les philosophes le Nombre de Platon et la grille de Kant, nos académies Jung, nos universités Carrouges, etc.

La peur de quoi?

Jung lui-même donne ici une première réponse : « Ce n’est pas dans un domaine déjà connu que l’on découvre de nouveaux points de vue, mais c’est dans des endroits délaissés, évités et même discrédités ». Ne sont-ils pas discrédités à cause des points de vue qu’ils présentent?

Car, ce qui est vrai des huit précis l’est de bien d’autres, dont certains datent de quatre mille ans et plus : les terres cuites de Sumer, les 12 inversés de Tâbi-Outoul-Enlil, et dont les autres : l’Alice de Lewis Carroll ou l’Igitur de Mallarmé, sont de même détournés de leur sens, pour ne point parler des grandes œuvres mathématiques d’un Wronski ou d’un Heaviside, dont la simple mention est toujours interdite.

2

 

Mais, parmi tant de précis, pourquoi seulement les huit que présente ce livre?

Je pourrais dire qu’il fallait se restreindre, sous peine de s’égarer et d’égarer le lecteur par un trop grand nombre de textes. Je pourrais aussi donner le choix comme prémédité, puisqu’il promène l’esprit à travers des époques, des peuples, des fonctions les plus divers, démontrant ainsi la pérennité et l’universalité de la quête en question.

La vérité est autre : je n’ai pas choisi.

Des huit appareils étudiés, à l’exception de l’ouvrage de Jung, sept ne m’ont pas quitté pendant vingt ans, malgré une fuite parfois éperdue devant les exigences de mon temps et les contraintes de l’Etat, de Paris à Neuville, de la Nièvre à la Bretagne, des Cévennes en d’autres lieux.

Ils avaient chacun son histoire.

Ma première bible m’a été donnée par mon premier ami; Les machines célibataires par l’une de mes premières amies. Le livre de Lie tseu fut aussi un don, le don involontaire d’un voleur, et le Festugière qui contient la Kosmopoiia fut le produit d’une erreur, car ce n’était pas l’ouvrage que j’avais voulu me procurer. Vingt fois en ces vingt ans, j’ai entrepris l’étude de la Critique de la Raison pure ou de la République de Platon sans parvenir à prendre au sérieux les tables de l’une et les calculs de l’autre.

De même, c’est bien souvent que j’ai relu le Livre d’Ezéchiel, le Locus Solus de Roussel, le Docteur Faustroll de Jarry ou la Kosmopoiia de Leyde avec la volonté de comprendre.

Mais, en moins d’une semaine, du 4 au 10 mai 1979, les sept œuvres me sont apparues claires et, au bout de la semaine, Jean-Marie Lepeltier m’apportait le huitième appareil, le livre de Jung, introuvable en France. La même semaine enfin, un autre de mes amis, André Bouguenec, m’avait prêté le Janus d’Arthur Koestler, sachant que le dénuement où je vis m’interdit d’acheter des livres.

Ridicule?

Ou bien quoi?

 

 

Première partie

 

DU MEME

A L’AFFERENT

 

I

Les juifs :

EZECHIEL

 

Le texte :

4 – Je vis, et voici un vent de tempête venant du nord, et une grande nuée, avec des fulgurations d’un feu tout resplendissant; et elle renfermait une sorte de métal brillant, en plein feu.

5 – Les 4 vivants – Elle contenait aussi la ressemblance de quatre être vivants et voici quel était leur aspect : ils ressemblaient à des hommes. 6 – Chacun avait quatre faces et chacun avait quatre ailes. 7 – Leurs jambes, bien verticales, avaient des sabots de bovins et étincelaient comme l’airain poli. 8 – Des mains d’homme prolongeaient leurs ailes sur leurs quatre faces, les quatre ayant leurs faces et leurs ailes. 9 – Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre : ils ne tournaient pas en marchant, chacun allait droit devant soi. 10 – Et voici la ressemblance de leurs faces : une face d’homme, une face de lion à droite (à tous les quatre), une face de taureau à gauche (  ) et une face d’aigle (  ). 11 – Et leurs ailes (  ) étaient déployées, deux se joignant par le haut et deux couvrant leur corps. 12 – Chacun allait devant soi; là où l’esprit les faisait aller, ils allaient, ils ne se retournaient pas. 13 et 14 (dans la version des Septante) – Et, au milieu des êtres vivants, était comme une forme de charbons ardents, comme un aspect de lampes circulant au milieu des vivants et (ou) un éclat de feu, et du feu sortait l’éclair.

15 – Et je regardai les vivants, et voici sur le sol une roue auprès d’eux, sur leurs quatre faces.

16 – Les 4 roues – L’aspect des roues et leur matière étaient comme du tarchich, et toutes quatre étaient semblables; leur aspect et leur structure étaient comme une roue engagée dans une roue. 17 – Elles allaient sur leurs quatre côtés et ne se retournaient pas dans leur marche. 18 – Leurs jantes étaient d’une hauteur effrayante, entièrement recouvertes d’yeux.

19 – Quand les vivants allaient, les roues allaient à côté d’eux; quand ils s’élevaient, elles s’élevaient aussi. 20 et 21 – (redites).

22 – Au-dessus des têtes des vivants, il y avait comme un firmament, pareil à un cristal éblouissant, au-dessus des têtes. 23 – Et, sous le firmament, se dressaient leurs ailes, l’une contre l’autre, et chacun en avait deux (autres) qui couvraient leur corps. 24 – Le bruit – Et j’entendais retentir leurs ailes, quand ils allaient, tel le bruit des grandes eaux, tel le tonnerre du Tout-Puissant; tel le tumulte d’une armée quand ils s’arrêtaient et laissaient retomber leurs ailes. 25 – (redite).

26 – Le trône – Au-dessus du firmament, qui était sur leurs têtes, se voyait comme un saphir qui ressemblait à un trône. L’homme de métal – Et, sur cette semblance de trône, il y avait comme une apparence de semblant d’homme. 27 – A l’intérieur et à l’extérieur (de l’homme) je vis du métal brillant, semblant de feu, depuis ce qui paraissait ses reins vers le haut; et, depuis ses reins vers le bas, je vis un semblant de feu, qui rayonnait autour de lui.

28 – L’éclat – Tel l’arc dans la nuée en un jour de pluie, tel apparaissait l’éclat dont il resplendissait. Telle était l’apparence de la gloire de Yahvé (IHV).

Reçue par Ezéchiel dans la trentième année (selon le verset 1) ou dans la cinquième année du roi Yoyakin (selon le verset 2), cette vision est le premier appareil minutieusement décrit par lequel on a tenté de définir l’Etre en soi. La première date donne : – 568, la seconde : – 593.

Ces deux dates englobent tout le Livre d’Ezéchiel, dont les visions s’échelonnent entre la 6ème année (- 592) et la 25ème (- 573). Si la vision de l’appareil est antérieure à toutes les autres, le Livre n’en est que l’éclaircissement; si elle leur est postérieure, le Livre est le récit de la quête qui y conduit.

Dans tous les cas :

a) historiquement, la vision et le livre se situent dans les trente premières années de la Captivité de Babylone (- 598/568),

b) matériellement, la vision décrit les 3 et les 4, alors que le livre ordonne essentiellement les 12 (tribus).

Les 3 de la vision sont : les Vivants, les Roues et les Semblances, chacune de ces structures étant au nombre de 4.

Seules, les 4 faces vivantes et les 4 semblances sont définies, les 4 roues simplement nombrées.

Les 4 faces sont le Taureau (de Terre), l’Aigle (d’Air), le Lion (de Feu) et l’Homme : elles se réfèrent à la très ancienne symbolique des quatre Eléments, où l’Homme fut toujours le Poisson (Dumuzi, Oannès, Ounis/Osiris).

Les 4 semblances sont le Bruit (des ailes), le Trône, l’Homme et l’Eclat.

Les 3 semblances du bruit sont : les grandes eaux, le tonnerre et le tumulte d’une armée,

les 3 semblances de la partie supérieure sont le Firmament, la Pierre (cristal ou saphir) et le Trône,

les 3 semblances de l’Homme sont l’homme lui-même, le métal et le feu,

les 3 semblances de l’Eclat sont l’arc, la nuée et la pluie.

Les 4 semblances, ainsi, sont 12, comme les tribus, mais également comme le produit 3 X 4.

Le Trône (firmament/saphir) est au-dessus du Bruit; l’Homme (métal/feu) est sur le Trône; l’Eclat (dans la nue et la pluie) enveloppe l’Homme. Plutôt qu’ascension d’une trinité à l’autre, il y a englobement d’une trinité par l’autre, du Bruit par le Firmament, du Firmament par l’Homme, de l’Homme par l’Eclat.

A l’inverse, les quadrilogies sont contenues dans chacun des trois : les 4 faces en chaque vivant, les 4 roues sur les 4 côtés de chaque vivant, les 4 semblance en l’Etre.

Enfin, chaque vivant lui-même est défini triplement : par les 4 faces, les 4 ailes et les charbons-lampes.

C’est-à-dire qu’aucun des 4 n’est défini autrement que par les 3, aucun des 3 autrement que par les 4; le 12, jamais nombré, ne cesse d’être présent.

Les roues ne sont pas aussi nettement trinitaires que les autres symboles. Le prophète distingue en elles, pourtant, les trois composants de tout être : leur aspect (de roues), leur structure et leur sens (ou le sens de leur marche, dialectisé).

En cette symbolique, l’aspect, la structure et le sens des roues ne sont pas autres que les faces, les lampes et les ailes des vivants, ou les trois semblances du Bruit (le tonnerre, les eaux, l’armée), les trois semblances du Supérieur (le saphir, le trône et l’homme), les trois semblances de l’Homme (en soi, le métal et l’éclat) et les trois semblances de l’Eclat (l’arc, le métal et la pluie).

Enfin, toutes ces trilogies fragmentaires ne sont pas autres que la trilogie-totalité : les Vivants, les Roues, les Semblances.

Le Nombre de l’ensemble est :

1 X 3 X 4 X 3 = 36,

lisible aux quatre niveaux :

– en l’Unité au 1er niveau : l’Etre,

– en la Trinité au 2ème,

– en la Douzaine au 3ème,

– dans les trois douzaines au 4ème.

Le livre d’Ezéchiel

Au premier regard, le Livre d’Ezéchiel semble d’un autre auteur. Ne s’y retrouvent ni les décomptes ni la symbolique même de la première/dernière vision. Une lecture plus approfondie situe cependant l’œuvre sur les 3 plans de l’Histoire (ou du sens), de la Vision (ou de l’aspect) et de la Symbolique (ou de la structure), ainsi que l’Introduction.

1) dans le sens, le Livre raconte l’histoire de l’Etre IHV à travers ses divers séjours, depuis l’antique Babylone, la cité taurique ou khérubine, jusqu’à l’époque d’Ezéchiel : la captivité de Juda en cette même Babylone. Puis, il prophétise l’avenir de Jérusalem sur 430 ans : 390 ans de désastres (-593/ -203)  et 40 ans de « retournement » (-203/ -163), à travers les grandes invasions perses, égyptiennes, hellénistiques (Gog et Magog), etc., jusqu’à la Jérusalem future.

2) dans la vision, le Livre décrit les 4 séjours en les situant :

– au Nord, la cité khérubine, de Terre,

– à l’Orient, la vision des deux Aigles et de l’Arbre, symboles d’Air,

– au Midi, la Jérusalem nouvelle, que symbolisent le Trône, le Roi et le Lion, symboles de Feu,

– à l’Occident, les grandes Eaux, par l’inondation desquelles renaîtra la race du Seigneur, ou, d’une manière plus générale, l’Homme (Poisson).

3) dans le symbole, les clés du Livre demeurent les structures d’Israël : les 12 tribus.

Ces 12 tribus ne sont pas immédiatement identifiables aux 4 X 3 de l’Introduction. Mais :

a) les 4 de l’Introduction se répartissent sans peine entre les 4 Eléments : le Taureau/Chérubin est de Terre, l’Aigle d’Air, le Lion de Feu, l’Homme d’Eau,

b) les Eléments se juxtaposent aux Cardinaux,

c) les 12 tribus se répartissent dans les Cardinaux et cette répartition conclut le Livre.

Le problème est ici que, tout au long du Pentateuque, les 12 tribus n’ont pas présenté la même signification. La Tradition y reconnaît 4 symboliques différentes, la 4ème étant la figure d’Ezéchiel :

la 1ère (Genèse, 29-30 et 35, 16-18) raconte les naissances des Enfants de Jacob,

la 2ème (Genèse, 49, 1-28) est contenue dans les bénédictions de Jacob à ses fils,

la 3ème (Deutéronome, 33) est contenue dans les bénédictions de Moïse aux tribus.

De même que l’explication de l’Introduction renvoie au Livre, celle du Livre renvoie à la Bible tout entière. Car, à l’inverse de l’analyse rationnelle, qui procède du Tout vers la partie, l’explication symbolique procède de la partie vers le Tout : aucune symbolique ne s’éclaire hors de l’Etre.

La Genèse

La figure d’origine donne è enfants à Lia, première épouse de Jacob :

4 fils dans un premier temps : Ruben, Siméon, Lévi, Juda,

2 fils et 1 fille dans un deuxième temps : Issachar, Zabulon et Dina,

2 fils à la servante de Rachel (Zilpha) : Gad, Aser,

2 fils à Rachel, la seconde épouse : Joseph, Benjamin.

Chacun de ces enfants, à l’exception de la fille, est défini par une bénédiction soit de Lia, soit de Rachel. Mais ces bénédictions ne peuvent être rattachées aux grandes symboliques, élémentales ou zodiacales entre autres.

Au contraire, ce rattachement est aisé dans les bénédictions de Jacob sur son lit de mort, bien que celles-ci ne soient plus que 11, car Jacob lui-même est le Patriarche, le Bélier.

Le parallélisme entre les deux séries de bénédictions révèle déjà comme une première évolution dans la symbolique des 12 fils.

Gustave Doré Prière de Jacob

 
 
 
 

Ruben rachète de l’Humiliation – Jacob le nomme : l’Eau Profonde,

Siméon rachète de la Haine et Lévi attache ou « est attaché » – Jacob les        nomme Frères (jumeaux),

Juda est la Louange – Jacob le nomme le Lion,

Dan est la Justice – Jacob le nomme la Vipère,

Nephtali est le fruit du Combat – Jacob le nomme Biche (ou le Chêne,           dans une version première?),

Gad est la Bonne Fortune – Jacob le définit par la Balance,

Aser est le Bonheur – Jacob le définit par le Pain,

Issachar est le Salaire – l’Ane selon Jacob,

Zabulon est l’Honneur – le Rivage, selon Jacob,

Dina n’est pas bénie,

Joseph rachète de la Honte – Jacob le nomme le « rejeton de l’Arbre »,

Benoni, le Béni, devient Benjamin, le Bien-Aimé, pour Jacob, qui le définit   par le Loup.

Dans le zodiaque de Sumer, ainsi que dans la tradition grecque, le Loup (Lycus) a le sens de l’Archer, du Sagittaire, signe de Feu.

Ainsi, les fils de Rachel/Bilhia sont d’eau (Dan), d’air (Nephtali, l’Arbre ou le Verseau), de terre (Joseph ou la Caper, rejeton de l’Arbre) et de feu (Benjamin).

Ruben est d’eau, Siméon/Lévi d’aire (les Gémeaux), Juda de feu,

Gad est d’air (la Balance), Aser de terre,

Issachar est de terre, Zabulon d’eau.

3 sont de terre : Joseph, Aser et Issachar,

3 d’eau : Ruben, Dan et Zabulon,

3 d’air : Nephtali, Siméon/Lévi, Gad,

3 de feu : Benjamin le Loup, Juda le Lion et Dina l’innommée.

Celle-ci écartée, Jacob lui-même sera la 3ème structure de feu : le Bélier.

Les bénédictions de Jacob seront tenues pour prophétiques, car les maudits (Ruben, Siméon, Lévi) et l’oubliée seront de fait exclus des syncrétismes béliques. Les quatre glorifiés se partageront la gloire d’Israël : Joseph au temps du triomphe en Egypte, Benjamin au temps de Moïse, Dan au temps des Juges et Juda au temps des Rois.

Les Nombres

Le dieu de Moïse, l’Arche, est un dieu de Feu, parmi les Eléments. C’est aussi un dieu du Nombre, parmi les Sciences. Les bénédictions de Moïse, ainsi, ne sont plus fondées sur le zodiaque mais sur les nombres.

Deux recensements les explicitent. L’un au départ du Sinaï (Nombres, 2); l’autre à l’arrivée à la Terre Promise, quarante ans plus tard. Les deux dénombrent un peu plus de six cent mille hommes adultes; mais ils révèlent aussi comment certaines tribus ont crû pendant l’Exode, et d’autres se sont affaiblies.

a) 4 ont décrû : Siméon (de 37 000 hommes), Ruben, Gad et Nephtali,

b) 4 ont crû très modérément, de 300 à 3 000 hommes : Ephraïm, Dan, Juda et Zabulon,

c) 4 ont gagné de 10 000 à 12 000 homes : Benjamin, Aser, Issachar et Manassé.

Les deux tribus de Joseph : Ephraïm et Manassé, sont donc celles qui reçoivent les bénédictions les plus éclatantes. Joseph possède les fruits de la terre, le Taureau le symbolise.

Glorieux aussi sont Benjamin, le gardien de l’Arche; Aser, la Préservation, que protègent ses verrous et dont les pieds baignent dans l’huile; Issachar, aux tentes bien remplies.

Zabulon domine dans les « traversées », Dan n’est plus le Serpent mais le Lion. L’ancien Lion de Jacob, Juda, est humilié : qu’il prenne sa cause en mains!

A Ruben est souhaitée non seulement une longue vie, bien que son nombre ait diminué. Son territoire sera occupé en partie par le Moabite. Gad n’est pas prolifique mais « il accomplit la justice ». Nephtali prendra possession de la mer.

Le plus malheureux, Siméon, est considéré comme maudit : Moïse l’exclut de ses bénédictions.

Il est clair que ces trois premières définitions des tribus recouvrent :

1 – la réalité structurelle ou succession des naissances,

2 – la symbolique élémentale et zodiacale (les bénédictions de Jacob),

3 – l’évolution historique, car c’est l’obéissance même des tribus aux ordres de IHV, leur force, leur puissance, leur foi qui motivent leur croissance ou leur déclin.

Juda et surtout Siméon n’ont pas réalisé les espérances que Jacob avait placées en eux. Joseph a conquis le royaume terrestre, en Egypte. L’exode ne l’a pas abattu, mais, en quarante ans, ses tribus ont crû de 72 700 hommes adultes à 85 200.

La tribu de Benjamin n’a gagné que 10 000 hommes (de 35 400 à 45 600), mais c’est en elle que Moïse place son espoir : dans l’ancien Loup devenu le lieu de l’Arche.

Désormais, l’ancien ésotérisme est révolu. Renonçant au partage élémental, Moïse lui-même instaure l’ésotérisme nouveau.

Les cardinaux

Le nouvel ésotérisme est cardinal. Dès le départ du Sinaï, Moïse en a posé les termes, par l’ordre de marche des tribus.

Avant sa mort (et le franchissement du Jourdain), il en ébauchera la seconde figure, par le partage des territoires transjordaniens, et le Livre de Josué tout entier ne sera guère que l’achèvement de cette seconde figure.

Le tableau terminal d’Ezéchiel en constituera la troisième, ouvrant sur un ésotérisme tout autre.

A – au départ du Sinaï (Nombres, 2), l’ordre de marche est tel :

à l’orient : Juda, Issachar, Zabulon (de Lia),

au midi : Ruben, Siméon, Gad (de Lia et Zilpha),

à l’occident : Ephraïm, Manassé (= Joseph) et Benjamin (de Rachel),

au nord : Dan, Aser, Nephtali (des servantes).

B – l’ordre de partage est tel :

à l’orient du Jourdain, Moïse a remis les territoires conquis

aux 3 tribus : Manassé, Gad et Ruben,

à l’occident du Jourdain,

3 tribus : Benjamin, Juda et Siméon auront le Midi, qui englobera Jérusalem et Bethléem,

3 tribus auront le Septentrion : Nephtali, Zabulon, Issachar,

3 tribus auront l’Occident et les rivages, du nord au sud : Aser, Joseph (Ephraïm/Manassé) et Dan.

C – A la fin de son Livre, ayant partagé toute la Palestine, de Hamath à Cadès, du septentrion au midi et de l’orient vers l’occident, entre les 12 tribus, Ezéchiel prophétise que la Cité future s’ouvrira par 12 portes :

au nord, les portes de Ruben, Juda et Lévi (jusqu’alors dépossédé de tout territoire, comme tribu des prêtres ou lévites),

à l’orient, les portes de Joseph, Benjamin et Dan,

au midi : les portes de Siméon, Issachar et Zabulon,

à l’occident, les portes de Gad, Aser et Nephtali.

A première vue, rien ne permet de comparer les 3 figures : la 1ère est une figure de combat, la 2ème une figure de possession, la 3ème toute symbolique. En outre, le double jeu Siméon/Lévi et Manassé/Ephraïm (ou Joseph) modifie même, d’une liste à l’autre, les dénominations tribales.

Cependant, cette confusion n’est somme toute que l’effet du partage quadrilogique. Le regroupement trinitaire des tribus y révèle d’évidentes correspondances.

Par exemple :

de A : Juda, Issachar, Zabulon

et de C : Siméon, Issachar, Zabulon

révèlent que Juda et Siméon sont la même « personne » triadique.

De A : Dan, Aser, Nephtali

et de C : Gad, Aser, Nephtali

révèlent qu’il en est de même pour Dan et Gad.

Puis, de A : Ephraïm, Manassé (= Joseph), Benjamin

et de C : Dan, Joseph, Benjamin

révèlent que Dan et Ephraïm sont de même personne.

Le rapprochement des deux premières figures révèle d’autres correspondances.

De A : Juda Issachar Zabulon

et de B : Nephtali Issachar Zabulon,

que Nephtali supplée à Juda.

De A : Dan Aser Nephtali

et de B : Dan Aser Joseph,

que Joseph supplée à Nephtali.

Enfin, le rapprochement des trois figures fait découvrir d’autres constantes : Aser et Benjamin ne se retrouvent jamais dans la même trinité, c’est-à-dire que l’un supplée à l’autre; Zabulon et Issachar sont toujours associés : ils ne peuvent donc se suppléer, etc.

L’ésotérisme d’Ezéchiel

Au temps de la captivité de Juda, les tribus ont été depuis longtemps dispersées. Presque toutes ont connu leur période de rejet ou d’exil : Siméon, Benjamin, Juda. L’ésotérisme en est entièrement aboli et le Douze lui-même est devenu inintelligible, car les tribus ne sont plus 12, mais 13, en dédoublant Joseph en Ephraïm ou Manassé, ou 11, en comptant Joseph pour 1 et en dépossédant Lévi.

Plutôt que le temps des 12 dieux homériques, c’est le temps des 7 Sages en Grèce.

D’où la nécessité d’un autre ésotérisme.

Si en -573, Ezéchiel tente encore de ressaisir les 12 tribus par l’ésotérisme cardinal, en -568 il en rejette la possibilité.

Les 3 sur lesquels il fonde son appareil sont le Vivant, la Roue et la Semblance, non différents des anciens Ka (le pouvoir, la vie), Akh (la connaissance/vérité) et Ba (l’âme/reflet de l’Etre ou la vertu de similitude) de la Grande Egypte.

Des équivalences définies :

a) Joseph Nephtali Juda Siméon,

b) Dan Gad Issachar X,

c) Aser Benjamin Zabulon Y,

se déduit la symbolique trinitaire des Portes.

Vivants                                 Roues                        Semblances

Joseph                                  Dan                            Benjamin

Nephtali                                 Gad                                 Aser

Siméon                               Issachar                        Zabulon

Juda                                   Ruben         ou Lévi

en sorte que, à chacune des Portes, se retrouvent les 3 structures de l’Etre.

Mais le même jeu sera jouable si je remplace

Joseph par Nephtali, Siméon ou Juda                                    3 X 4 = 12,

Dan par Gad, Issachar ou Ruben (Lévi)                                 3 X 4 = 12,

Benjamin par Aser, Zabulon ou Lévi (Ruben)                      3 X 4 = 12,

_____

36.

Au-delà, je peux remplacer

Nephtali, Gad ou Aser par les 3 autres structures de même personne               36

Siméon, Issachar ou Zabulon                                                                                       36

Juda, Ruben ou Lévi                                                                                                       36

_____                                                                                                                                             144.

Le jeu semble dérisoire. Il l’est si peu qu’il contient l’une des clés de l’ésotérisme universel.

Par exemple, Benjamin, maître au tir à l’arc (Chroniques, I, 8, 40) et dépositaire de l’Arche jusqu’au règne de David, a incarné le Feu dans l’Elément, ou le Sud dans l’ésotérisme cardinal, conjointement avec le Lion et le Bélier. Dans l’ésotérisme trinitaire, il est le prophète du Messie (Elie, Tobie sont de cette tribu), c’est-à-dire une Semblance, un Ba, conjointement avec Aser, Zabulon et Lévi (ou Ruben).

Aser, de Terre en Ishtar ou Esther (Isis ailleurs), est maintenant la Vierge d’Israël, de laquelle doit naître l’Oint, selon Isaïe.

Zabulon, d’Eau en Oannès-Ounis, deviendra le Poisson même ou l’Ichtus Jésus.

Rejeté pendant deux millénaires, l’antique Seigneur de l’Eau Profonde Basis-Ruben sera un jour Pistis, la Pitié, par le daïmon de Socrate, puis le Verbe de Jean.

Mais le 4ème composant du Ba ou de la Semblance sera le dieu du Double, gémellique (les Deux Témoins, puis les Deux Jean) en qui revivront les Frères Siméon et Lévi.

De son choix entre ces entités Ezéchiel ne fait pas mystère. C’est la Semblance qu’il situe au-dessus des Vivants et des Roues; et, parmi les semblances, c’est l’Arc, dans la nue un jour de pluie, qu’il choisit pour symboliser l’Eclat divin.

Cet Arc, cependant, n’est plus celui du Grand Guerrier Arès, mais c’est celui d’Eros. Ou celui de l’Ixion mis en croix de Pindare. Platon s’en souviendra.

Quatorze siècles d’ésotérisme (-2 000/ -600) s’abolissent ici, qui se fondèrent sur la matière : la Terre Promise. Car, toutes les traditions le disent, la Vierge est morte, l’antique Vierge de Terre, et l’heure n’est pas venue de la mère virginale du Bouddha ou de l’Hermès : Maya/Maïa/Maria.

Maintenant, toute matière s’abolit : la nielle détruit le blé, la rouille ronge le fer. Seuls les nombres demeurent pour restaurer les formes éternelles, au-delà des apparences. Le dieu de Feu encore, en tant que dieu du Nombre, en sa tribu privilégiée : Benjamin.

La mort

Un dernier mot : la destruction de la matière entraîne l’incompréhension de la vie et, donc, le refus épouvanté de la mort. Dans les temps qui vont suivre, de -600 à -200, la mort sera unanimement proscrite. Mais Ezéchiel encore ne cesse d’y revenir. Elle est présente tout au long de son Livre, salvatrice et renouvelante.

L’Arbre de l’Orient meurt, mais Dieu le plantera de nouveau, quand l’heure en sera venue (dans l’ère du Verseau, où règnera Nephtali). A chaque massacre succède une sorte de renaissance : les ossements même retrouvent leur chair et se rassemblent, au lendemain du grand combat. Quand son épouse meurt (XXIV, 17), Ezéchiel reçoit l’ordre du Seigneur « de ne pas porter le deuil, de se couvrir la tête, de se chausser, de ne pas voiler sa barbe et de ne pas accepter le pain qu’apportent les gens ». Car il ne convient pas de pleurer les morts.

Quatre siècles passeront avant qu’un tel message soit de nouveau compris, et  six siècles, de -600 au Christ, avant qu’il retentisse par la voix même d’un dieu : « Laisse les morts enterrer les morts ».

Jean-Charles Pichon 1982

Ce contenu a été publié dans LE JEU DE LA REALITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.