Bienvenue

 


« Le repos et la joie du créateur ont besoin de mots. Le verbe est à l’artiste ce qu’est la quinine au fiévreux. Il arrive un moment, toujours, où l’homme qui se croit le don d’écrire ne peut plus vivre sinon. Et ce n’est pas, comme il se l’imaginait au temps de l’orgueil, parce qu’il est agréable de conter des histoires ou profitable à quelque renommée. C’est parce que, hors de l’écriture, rien ne lui semble valoir d’être vécu. » Jean-Charles Pichon, Un homme en creux, Stock.

Des documents, des témoignages et des réflexions pour vous permettre d’appréhender l’œuvre et la pensée de Jean-Charles Pichon…

____________________________________________________________

Administration du site :  Julien et Pierre-Jean Debenat

______________________________________________________________

Voici la dernière partie d’un poème que Jean-Charles Pichon écrivit en Avril 1942, suivie d’une illustration en photos :

STANCES DE LA FORET IV.

______________________________________________________________

Pour trouver les articles contenant un document sonore, tapez « audio » dans la fenêtre de Recherche.

______________________________________________________________

Sur Wikipedia, un excellent article sur la vie et l’œuvre de Jean-Charles Pichon, écrit

par sa fille aînée. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Charles_Pichon

Vous y trouverez, entre autres informations, une bibliographie complète.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Illustration Pierre-Jean Debenat

« Toute civilisation matérialiste présente les caractères suivants : la peur de la mort et le triomphe du médecin, la peur de manquer et une consommation accrue, la peur de l’immobilité et l’avènement de la vitesse, la peur de la nuit et le culte de la lumière. » Jean-Charles Pichon

Les commentaires sont fermés.