A propos de « L’enigme »

4 février 2000

Limoges

A cette époque, Jean-Charles travaillait depuis plusieurs années à ce qui fut sa dernière œuvre : Le rire du Verseau, composée d’une douzaine de volumes, remaniés, réordonnés sans cesse. Lors de cette visite, il travaillait à l’un d’entre eux, intitulé « L’énigme ». Le plus beau cadeau que l’on pouvait lui apporter consistait en un mot, avec lequel on jouait, et qui lui permettait de développer sa réflexion. L’extrait qui suit en donne un exemple.

Tu peux partir de ce que tu me disais sur la donne, et tout ça, c’est excellent!

Je parlais des différents sens du don et des différents sens de « donner ». Après, on est reparti sur la donne et la mise. Là, Jean-Charles, tu disais que c’était la même chose.

Oui, mais c’est aussi la prise. La donne peut être la mise ou la prise.

Lorsque tu prends une pièce, aux échecs, tu la mets à l’écart.

Oui, mais c’est déjà la partie. La donne, elle, est uniquement dans les pièces qui sont misées au départ. La prise et la mise, c’est l’occupation ou l’opération, c’est les deux choses possibles. Je cherche les femmes, pour les prendre ou pour les rejeter. Dans les deux cas, on chasse la femme. La chasse peut être une occupation, une prise, ou une opération, une mise. En réalité, si tu es dans la quête, tu vas aller dans le sens de la prise, si tu es dans le sens de l’œuvre, de l’alchimie, tu vas aller dans le sens de l’opération, tu vas rejeter ce qui t’es inutile, superflu, etc. Alors ces deux choses sont dans le sens de donne, mais une donne devenue la partie. Ce n’est pas la donne initiale qui, elle, est un inventaire d’un certain nombre de pièces. Ces pièces, tu peux vouloir les accroître, ou vouloir les réduire.

La donne, c’est aussi le patrimoine.

C’est ce qui est à l’origine, la donne génétique, par exemple. Mais la donne aussi, elle est toujours mode, mais c’est ou bien le mode de l’objet, sa manière d’être, ou bien la mode, qui le fait être ce qu’il est en ce moment, ou bien la modalité, qui le fait devenir ce qu’il est.

La modalité, c’est quoi?

La modalité, c’est la manière dont les choses se font. C’est une manière. Dès qu’il y a un acte, il y a modalité. C’est une façon de faire, si tu veux.

C’est différent de la fonction.

La fonction pose plusieurs problèmes. La faction se divise entre facteurs – celui qui fait, mais aussi celui qui donne une lettre – ou bien le vaguemestre, ou bien le créateur. Le vague, ou le vates de Nostradamus. Ou bien la faction, qui elle-même est double, c’est-à-dire le poste de garde, c’est ce qui préserve, ou bien ce qui divise, ce qui va faire schisme, etc. Les deux sont des factions. Or, toutes ces factions, tous ces factieux, tous ces facteurs sont autre chose que le frac, la fraction, le fractionnaire, et la factorielle, finalement, est autre chose que la fractionnelle, en mathématiques. Là, tu es dans la partie, totalement, il n’y a plus de mise, mais ça découle encore de la donne, qui est perçue différemment. Elle est perçue dans son emploi ou dans son rôle : dans son emploi, si elle est conditionnée, asservie, dans son rôle si elle réunit, si elle ordonne. Si elle a un rôle, ça finit tragiquement, si c’est un emploi, ça finira par une comédie. Ça sera la farce ou la tragédie.

Mais en même temps, tu opposeras le mode à l’état, qui est tout de même encore un mode; mais l’état ne s’oppose pas en réalité à l’aspect, l’état s’oppose à la station. Tu as des états dans la station – le Christ a des états différents à chacune des stations du calvaire – puis la station est dans l’état : la gare est dans la France. La vraie dialectique est entre la station et l’état, entre le rôle et l’emploi. A ce moment-là, on est sorti de l’aspect, on est sorti des factions, on est arrivé à une clarification en quelque sorte du problème, qu’on obtient par un jeu des 4, toujours, un jeu de quadrilogie, de partages qui se multiplient, se dédoublent.

D’une manière générale, on part des 3, on va arriver aux 3; on part des 3 aspects, on arrive aux 3 personnes, mais on passe par les 4, là il n’y a pas de doute. Toujours, il faut les 4 Cardinaux, les 4 Eléments, les 4 Jeux ou les 4 Catégories de Kant. On en a besoin, pour passer des 3 aux 3, on ne peut pas jouer des 3. Les 3, c’est ce qui est intangible, c’est Dieu. Ce sont les 3 Personnes de la doxa. Mais on ne peut pas en jouer. Tu es obligé, à ce moment-là, de prendre un des trois et de le dédoubler. Alors tes 3 sont devenus 4. Ou bien de faire que deux ne font qu’un. A ce moment-là, tu en auras 2, que tu pourras dédoubler, tu retrouveras à nouveau 4. On ne peut pas jouer des 3, ils sont là, partout, mais c’est une constatation, tu ne peux rien en faire.

A la belote, la tierce est une succession…

Oui, mais la quarte aussi, la quinte aussi. Ce n’est pas dans ce sens… La suite des nombres entiers comporte 2, 3, 4, 5, oui… A ce moment-là, le jeu va jouer des multiples, des pairs, des impairs et des premiers. Mais c’est un jeu aussi compliqué parce que tu as deux sortes de multiples : tu as un multiple pair et un multiple impair. Le pair est toujours multiple, et l’impair est toujours premier. Mais tu peux avoir au moins un premier pair, c’est 2.

Dans L’énigme, tu dis : le premier impair, c’est 3.

Le premier impair absolu, parce que 1 n’est pas un nombre, l’unité n’est pas un nombre; 2 est un nombre mais il est pair, donc c’est un 1er imparfait. Jusqu’à l’infini, les premiers sont impairs, sauf le 2. Le 2 est donc une exception. Le 3 n’est pas une exception, il va ouvrir à des multiples, le 3 et le 6 ouvrent à une infinité de multiples, par la puissance de 6, d’ailleurs. En réalité, ce que je découvre maintenant, c’est qu’il n’y a jamais 6 : c’est ce qui gêne dans l’astrologie, bien que ce soit indiscutable. Ça gêne parce que ça n’existe pas. Tu ne trouves jamais les 12. Ou bien il y a 6 dieux morts et il y a 6 vivants, depuis des millénaires c’est comme ça, ou bien tu as un mâle suivi d’une femelle, dans l’alternance, ou bien ils créent une conciliation, ou bien ils sont inconciliables. Par exemple, les Gémeaux, l’Archer, la Vierge, le Poisson sont conciliables, et le Poisson l’est aussi avec le Savoir et puis l’Inconscient. Donc, tu as les 6; mais il y en d’autres qui sont inconciliables : tu ne peux concilier le Taureau et le Poisson, le Lion et le Poisson, etc. Il y en a toujours 6 conciliables, 6 qui sont inconciliables, 6 morts, 6 vivants. Il y a 6 associés ou 6 dissociés, dans ce qu’on pourrait appeler l’alternative : c’est ça ou ça. Le « si ou si » de Kant. Mais tu ne peux pas déterminer, avant d’avoir formulé tout le schème, savoir quel mythe va correspondre ou ne pas correspondre à tel autre. C’est le choix. Et quand tu le vis, alors là tu ne le construis pas, tu es dedans, là tu ne peux pas savoir. La preuve, c’est qu’aujourd’hui des tas de gens croient que la Justice va s’associer aux 3 mythes d’Air. On voit que ce n’est pas possible. Les erreurs sont innombrables et tragique : c’est l’alternative.

Au contraire, le mâle et la femelle, c’est l’alternance. Tu as un justicier, tu as la charité, tu auras, on l’a dit, la Liberté – mais ce serait plutôt le libre, le libérateur. Et puis après tu auras la Scheschina, tu auras la Caper, l’ère nouvelle, etc.

Et puis tu as les suites sur une plus longue échelle, qui finissent par l’altération, à la mort, à la fin de la vie. Alternative, alternance, altération sont toutes des altérités : c’est l’Autre. C’est le Réel même.

Tu disais que le 6 n’existe pas.

Non, le 12 n’existe pas. Le 6 est un multiple pair, et pourtant il a une existence comme le 2, qui un 1er pair, il a une existence parce que tu es obligé de passer par là. Moi, j’en suis aux 36 entités, le carré de 6, au-delà 6 puissance 3, donc les  180 rosicruciens, c’est l’unité, à 36 près, puis les 1296, après ce sera 7776, le nombre des Sibylles, qui fait 6 puissance 5. Donc les puissances de 6 te donnent une série ésotérique très remarquable. Mais cette multiplication demeure imparfaite à cause du degré de liberté. Ça vaut à certains moments, ça ne vaut pas à d’autres. 7776 est un nombre remarquable quand tu joues des Muses ou des Sibylles. Ce n’est pas le nombre de la quadrature qui est 7854. Il y a eu un degré de liberté, qui se calcule de la manière sui vante : tu prends un nombre x, tu ajoutes le 1/10 et puis tu prends le nombre p (x + 1/10) et tu ajoutes 1/100. Puis tu prends le nombre c et tu ajoutes 1/10000, etc. A partir de 7, ça aboutit à 7, 854, qui est le nombre de la quadrature, c’est-à-dire que c’est le côté d’un carré dont la surface vaut une surface de cercle de rayon 5. Mais il y a eu un degré de liberté du 7. Tu ne peux pas faire ça avec le 7 initial de Platon, ça ne suffit pas, il faut avoir créé un triangle rectangle isocèle et y avoir fait évoluer le 7 par ses degrés de liberté.

On voit que même dans le 6, il y a cette alternance, cette dialectique; il y a ce qui se maintient et il y a ce qui change. Le 5 se maintient, c’est le rayon, c’est l’hypoténuse, c’est l’oblique. Et le 7 qui sera différent comme rayon, comme oblique. Donc tu retrouves une dialectique primitive, mais valable, évidemment, du maintien et du changement.  Les choses sont bien comme elles sont et pourtant il faut qu’elles soient complétées. Elles ne peuvent pas être complétées sans être changées, etc. Ça veut dire que l’équation maîtresse, en quelque sorte, jusqu’à l’infini bien sûr, sans atteindre à l’infini, serait 6/2. Et ça peut être 6ⁿ/2 ⁿ, ça donnera 3ⁿ, tout simplement. Ou ça peut être 6ⁿ⁺¹/2ⁿ⁻¹, ça va te donner 12 X 3 puissance n, ou bien ça peut être 6ⁿ⁻¹/2ⁿ⁺¹, ça va te donner 3ⁿ⁻¹/4. Dans tous les cas, tu auras des fonctions, tu auras des constantes très rigoureuses, mais reposent toutes sur cette étrange fraction : 6/2, qui fait 3, tout simplement.

Où ça devient tragique, c’est quand on veut donner des raisons, des explications à ça, il n’y a pas d’explications, c’est comme ça. Les choses sont données. C’est ça, la vraie donne, c’est ce qui est donné. Ce qui est donné, ce n’est pas la chose, puisqu’on ne la connait pas, ce sont les aspects qu’emprunte la chose. C’est-à-dire un nombre, un vocable, une figure, etc. Ça, tu en fais ce que tu veux… Et tu en fais ce que tu veux en passant de l’aspect à la chasse, comme on disait tout à l’heure, c’est-à-dire que tu vas vouloir occuper ou tu vas vouloir opérer. Tu vas vouloir annexer ou tu vas vouloir mettre à l’annexe, en fait. Tu vas vouloir prendre ou rejeter, positionner, miser, à l’écart.

Où mettrais-tu « s’adonner »?

C’est se dévouer, s’adonner. C’est soi-même qu’on donne. Oui, ça amènerait au vœu. Il y a celui qui veut faire une prise, comme le vœu de la fée, et celui qui en fait sa donne, à cette chose qu’il a choisie, c’est-à-dire le vœu du monastère, de la chasteté. Les deux sont des vœux. Mais ce sont des vœux, c’est-à-dire que ce sont déjà des projets. On est au troisième stade; on n’est plus ni dans la donne, ni dans la partie, parce que les mots vont se conserver, d’un niveau à un autre, avec des sens différents. Il est certain que « s’adonner » a un sens moins fort que la « donne » initiale, parce que ça a dégénéré. Mais il y aura d’autres mots qui eux, au contraire, auront pris une importance croissante, comme l’article : l’article va passer par tous ces stades, mais avec des sens tout à fait différents. Mais il y a une richesse telle que le mot ne te manque jamais pour dire à la fois la synthèse et l’extrême analyse de la chose. Il est toujours là, il faut le trouver. Tu disais : « Il faut que ça te tombe dessus, parce que généralement on ne le trouve pas logiquement ». On ne le trouve pas logiquement : je n’en sais rien, en fin de compte; moi je vois bien que ça me tombe dessus, mais pourquoi est-ce que ça me tombe dessus? Je vois que, quand même, ce qui me tombe dessus, c’est ce que j’ai cherché souvent déjà. Et puis, un matin, au réveil : toc! Ah bien oui! C’est ce mot que je cherchais. Est-ce qu’il m’a été donné de l’extérieur, est-ce qu’il m’a été donné par mon propre labeur, c’est difficile à déterminer. C’est la même chose, d’ailleurs.

Quand je crois être sorti d’une dialectique, ou d’une trinité – généralement une trilogie dialectique – je trouve évidemment une autre trilogie, automatiquement – pour dépasser, en quelque sorte, la première. J’ai écrit des tas de pages sur les Aspects. Mais les Aspects sont d’une complexité folle, puisqu’ils sont une partie des concepts dans l’analyse, ils sont une partie des jeux, mais ils ne sont pas dans les concepts, ils sont tantôt dedans, tantôt dehors. Ces Aspects, je vais les chasser, je vais en tirer un inventaire, ou bien je vais en faire une œuvre, un poème.

Alors, pour dire les deux choses, actuellement, j’ai le mot « chasse », évidemment, « chasser, occuper ». Mais j’ai aussi le mot bricole, et brocante. En fait, tout inventaire est une volonté d’atteindre au broc, au récipient : c’est la brocante. Ou alors c’est un bricolage. Bricolage vient d’un mot qui veut dire : catapulte (la bricole). C’est-à-dire ce qui vient du mouvement de balance qui projette. C’est la bricole ou le broc. Ça dit un peu, ça, les deux chasses. Et à ce moment-là, ça ne me suffisait pas, parce qu’il fallait que j’associe les 3 aspects et les 4 créations ou inventaires. Et finalement, le mot qui m’est tombé dessus, c’est le mot : article. Le mot est tout à fait extraordinaire, parce qu’il fait vraiment le tour de tous les problèmes qu’on a vus aujourd’hui. Dans son effet, il va être une particularité : une chemise dans la chemiserie, un bouton de chemise dans la chemise, etc. Et c’est aussi l’articulation qui va unir les choses entre elles. C’est à la fois ce qui désarticule et ce qui unit. Et puis c’est le mâle et la femelle, c’est ce qui associe et dissocie. C’est un déterminant sexuel, qui va vers ce qui contient, ce qui est contenu, ce qui pénètre, etc. Et, en fin de compte, ça va être aussi une chose concrète ou une chose abstraite. Je fais un article : je suis à mon bureau, j’écris l’article, je le constitue. Ou bien je fais l’article, et je suis passé du bricolage à la brocante. (…)

J’en suis à peu près là, actuellement. Au-delà de l’aspect des chasses et de l’article, j’ai repris les nombres, surtout les degrés de liberté, jusqu’à 9 854 000 maintenant. (…)

Généralement, moi je n’ai pas beaucoup d’exemples, enfin tous ceux que j’ai me prouvent que tu passes d’un nombre, d’un multiple pair à un impair; peut-être un premier, peut-être un multiple. Par exemple, tu as Fa, qui est la 4ème note du solfège, si tu passes au niveau supérieur, dans l’autre octave, ce sera la 11ème place. Fa sera passé de la 4ème à la 11ème place. (…)

Qui a commis l’impair?

C’est le démon, bien sûr. Qui deviendra dieu un jour, évidemment. Mais pas avant sa mort et son supplice. Ce qui fait sa divinité, ce n’est pas son côté diabolique, c’est son supplice. (…)

Rien que depuis que j’ai entamé Le rire du Verseau, j’ai sept volumes, plus Le résumé général, plus maintenant Le bricolage. C’est énorme, ça fait encore 600 pages. Je pense que j’arrive au terme, quand même. Ce qui me fait plaisir, malgré tout, c’est ce que vous m’avez fait découvrir, que je n’ai pas vraiment démenti ni contredit ce que j’écrivais dans Le petit métaphysicien illustré. Je l’ai développé…

Pour écouter Jean-Charles 1999 (Audio),

cliquez ci-dessous :

L’ENIGME

Illustration Pierre-Jean Debenat

Ce contenu a été publié dans Entretiens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.