Un monde en creux

Un Monde en Creux
Ou
Les mémoires de la fée

Inédit (1974)

I

Des bêtes vertes me regardent

imaginant un monde où je ne serai plus

imaginant mon œil sous leurs paupières

baissées parmi les éclairs de la nuit.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes

aux pieds d’homme aux mains de fées

des bêtes enivrées qui s’effraient à tâtons

du ciel dans l’œil et du reflet

de leurs mufles dedans les mares.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes rases

hallucinées des bêtes

heureuses de leur hideur.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de désordre

derrière moi

des ombres vont s’interrogeant sur la validité de l’homme.

L’homme prend ses doigts parmi des griffes

et ses cheveux parmi des algues

l’homme imite le chant atroce des corbeaux

et joue avec un doigt sur les marbres debout

l’homme rit et tout disparaît.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de désordre

des lacs de feu

où le corps des damnés incandescent se lève et crie

où transparaissent des lueurs

des lueurs d’yeux où n’entre pas l’amour

des lueurs d’eau salée.

Illustration Pierre-Jean Debenat

II

Des bêtes rouges me regardent

du bord des balcons ouvragés

imaginant mes yeux changés en diamants

ornant la bouche d’une idole

imaginant mes pieds d’argent sur la forêt

comme une tour d’où l’on foudroierait l’ennemi.

Des bêtes lentes murmurantes

qui s’évadent en pleurs au milieu d’un repas de viande.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes veules médusées

par le sourire des infantes

et piétinées par leurs propres désirs

comme des chiens rongés par la tuberculose.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de souffrance

derrière moi

des ombres vont s’interrogeant sur la délivrance de l’homme.

Illustration Pierre-Jean Debenat

L’homme

de métal orne ses ongles

et ses cheveux de parfums animaux

l’homme apprend le langage indistinct des torrents

et bave dans les sources.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de souffrance

de cris jetés comme l’enfant envoie au ciel son cerf-volant

sans abandonner le bout de la corde

il y a des regrets de ne plus trouver de femme assez belle

pour valoir d’être torturée

des regrets de plaies béantes

saignant éternellement.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Et puis il y des soifs qui naissent

comme une source d’eau trop douce dans la mer.

Illustration Pierre-Jean Debenat

III

Des bêtes bleues et déchirées

des bêtes

qu’on dit apprivoisées

se cognent entre elles avec des rires

imaginant le mot qui permet de s’unir

hors des combats féroces hors des rires.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes apeurées par le son des fanfares

et le pas des guerriers.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes ardentes mais sommeillantes dans leur ardeur

et qui aiguisent sans jamais dire pourquoi

des griffes dans leur cœur des ongles dans leur ventre.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes qui bougent trop lentement

pour éviter les tremblements de terre.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de courages

derrière moi

des siècles de courage

crus perdus retrouvés au hasard des saisons

au hasard des maisons sur les routes du monde.

Illustration Pierre-Jean Debenat

IV

Des bêtes sans couleur des prismes de lumière

se sont haussées sur la tête du monde

et me regardent

et cherchent dans mes yeux le reflet des nuages

et sur ma bouche l’amertume de leurs soifs.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes riches en savoir des bêtes lentes

comme toutes les vieilles gens

des bêtes qui n’ont pas trouvé la plaie saignante

dont on jouit pour l’éternité.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Des bêtes vieilles en terreur

des bêtes jeunes en venin

qui sérieusement songent

au procès de la terre.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de négoce

derrière moi

d’étonnants labyrinthes

où se creusent des grottes

faites comme des plaintes.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Il y a des siècles de négoce

de passions de compensations

de marchandages.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Et les bêtes qui me regardent

des bêtes rouges bleues à prismes

des bêtes toutes interdites

de leur bêtise

regrettent doucement doucement doucement

doucement.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Mais il est trop tard car je nais.

Illustration Pierre-Jean Debenat

Jean-Charles Pichon



Ce contenu a été publié dans Poésies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *